Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum

Qui Legit Intellegat (Mt 24,15)
Forum Catholique Semper Idem

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> La crise de l'Église militante -> La crise de l'Église
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bernardus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2013
Messages: 386
Localisation: Nouvelle France

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 21:56 (2014)    Sujet du message: Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam Répondre en citant

L'abbé Éric Julien Laurent Jacqmin, prêtre de la FSSPX, a courageusement proposé à Cave Ne Cadas du site http://wordpress.catholicapedia.net/ une disputatio théologique sur les problèmes actuels de l'Église.


Voici le message de l’abbé Jacqmin :


De : Julien Laurent

Sujet : article du dit Cavenecadas




Corps du message :


Je suis prêtre catholique Traditionnel (FSSPX).


Je suis tout à fait d’accord avec cette conclusion d’un article (du dit Cavenecadas) sur votre site qui se termine avec le chapitre nommé :
Chapitre sur les chances manquées ou de l’urgence au chaos.


(adresse : http://wordpress.catholicapedia.net/?p=8200)


C’est la grande chose à faire, la plus urgente de tout : l’Église.


Comment procéder pratiquement :


1) Il faut unir pour commencer tous les clercs traditionnels : prêtres et surtout évêques qui ont gardé la vraie foi catholique.
Éventuellement aussi des laïcs bons théologiens.


Ceux qui se disent « papes » (conclavistes) : qu’ils dénoncent par l’amour de l’unité. Ils doivent comprendre que l’Église ne peut avoir plusieurs papes.

Ceux qui refusent de venir font un péché grave contre l’Église, son Unité.

Mais on élimine évidemment ceux qui ne sont manifestement pas sérieux.

Le critère Traditionnel qui dirige cette démarche est attribuée à Saint Augustin :


« – in fide unitas (éliminer les hérétiques, sur le dépôt de la foi il n’y a pas de discussion possible)

in dubiis libertas (on n’érige pas sa propre opinion en dogme et anathématise pas les autres qui ont une autre opinion !)

in omnibus caritas (on considère ceux qui ont une autre opinion comme catholique) »


En effet il y a trop de ruptures, de dissensions, de groupes aparts, FSSPX et co (accordistes, non-accordistes), sedevacantistes, sedeprivatistes, conclavistes etc, ce ne sont que des opinions : où est l’unité de la Vraie Église ? Credo in UNAM.


Tous doivent s’unir pour chercher ensemble l’unique Vérité à laquelle tous doivent se soumettre.




2) En effet il faudra faire un Synode générale avec cette « pars sana » du clergé qui travaille jusqu’à ce qu’elle résout avec la grâce de Dieu tous les problèmes.

On introduit des oraisons dans les Messes à cette intention.

Entretemps les fidèles de Tradition prient le Saint Esprit.


Jusqu’à en venir à des certitudes sur les grandes questions actuelles dans l’Église. On ne s’arrête pas avant !

On compte sur les promesses de N.S. Jésus Christ : « Je serai avec vous jusqu’à la fin », « si deux ou plus se réunissent en Mon Nom Je serai parmi eux », « Les Portes de l’enfer ne prévaudront pas », « Je vous enverrai l’Esprit Saint » etc..


3) La première question à traiter est en effet le siège Papal. Tous doivent se mettre d’accord. La solution doit être claire pour tous : « quod semper et ubique, ab omnibus creditur ».

On ne juge pas du siège suprême, mais il y a des faits à constater et des conclusions à tirer.


La Tradition est le critère tout simplement, donc la Révélation : ce que Dieu même en « pense ». La Vérité.


4) la suite dépend de la question précédente : si une thèse, une constatation s’avère clairement la seule vraie, il faut en tirer les conséquences qui s’imposent nécessairement.


Ceci est une voie de continuer l’Église la plus normale.


Sinon il faut attendre des miracles. Mais Dieu préfère toujours la voie normale aux miracles.


C’est mon opinion profond et je ne crois pas que je me trompe. Cependant ceci est une grande grâce.

Pour commencer : que tous s’unissent sera un grâce, mais on l’obtiendra car Dieu même est garant de son Église qui doit continuer selon sa décision.


Que Dieu vous bénisse

Abbé Jacqmin+


Et la réponse du site Catholicapedia:

Monsieur l’abbé Jacqmin nous donne ici (voir la page « Disputatio : Credo in UNAM Ecclesiam ») un développement de sa réflexion. Nous proposons donc aux lecteurs d’en débattre – nous publierons tous les arguments pour une disputatio en toute courtoisie (sans anathème, calomnie, provocation ni animosité etc.) reçus en commentaire ou par eMail… – sur cette page spéciale.


Les lecteurs pourront suivre cette disputatio sur ce lien: http://wordpress.catholicapedia.net/disputatio-credo-in-unam-ecclesiam/
_________________
''C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre... Quiconque cesse de s'opposer à un forfait manifeste peut en être regardé comme le complice secret". Pape saint Félix III (483-492).


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 6 Mai - 21:56 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bernardus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2013
Messages: 386
Localisation: Nouvelle France

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 22:15 (2014)    Sujet du message: Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam Répondre en citant

Personnellement, je suis impatient de lire les différents arguments qui seront apportés aux points 3 et 4 de l'abbé Jacqmin:


"3) La première question à traiter est en effet le siège Papal. Tous doivent se mettre d’accord. La solution doit être claire pour tous : « quod semper, ubique, ab omnibus creditur » (Saint Vincent de Lérins « Commonitorium » et la doctrine commune des Pères).


Principe : La question du pape est « la plus importante, donc elle vient en premier ».


Principe : « On ne juge pas du siège suprême », mais il y a sans doute des faits à constater et des conclusions directes et évidentes à tirer.


Principe : La Tradition est le critère tout simplement, elle est la Révélation : ce que Dieu même en « pense ». La Vérité.


4) la suite dépend de la question précédente : si une thèse, une constatation s’avère clairement la seule vraie, il faut en tirer les conséquences qui s’imposent nécessairement à tout homme croyant droitement et de bonne volonté.


Cela établira l’unité de fait.


Et si Dieu l’accorde, Il nous donnera un jour un bon pape « Tu es le Rocher, Petrus ».


Principe : Car le pape est en principe le garant suprême de l’Unité de l’Église.


Sinon c’est la fin des temps. Mais les Juifs ne sont pas encore convertis en masse comme prédit par Saint Paul (épître aux Romains), donc la fin des temps n’est pas encore pour demain.


Ceci est une voie de continuer l’Église la plus normale.


Sinon il faut attendre des miracles.


Principe : Mais Dieu préfère toujours la voie normale aux miracles.


Cependant Dieu fait ce qu’Il veut ! Mais entretemps nous devons nous comporter de façon la plus normale possible.


C’est mon opinion profonde et je ne crois pas que je me trompe.


C’est fondé sur les principes les plus sûrs. J’ai essayé d’éloigner tout ce qui est opinion et de poser ce qui est certain.
Cependant ceci est une grande grâce :Pour commencer : que tous s’unissent sera une première grande grâce, mais on l’obtiendra, car Dieu même est garant de son Église, qui doit continuer selon sa propre décision et promesse.


Une deuxième grâce sera que tous sinon la plus grande partie accepte la Vérité et mette de côté ses opinions divergentes.

La troisième grâce sera que Dieu nous donne un pape saint, prudent et fort."
_________________
''C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre... Quiconque cesse de s'opposer à un forfait manifeste peut en être regardé comme le complice secret". Pape saint Félix III (483-492).


Revenir en haut
Michaël


Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 40

MessagePosté le: Jeu 8 Mai - 16:03 (2014)    Sujet du message: Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam Répondre en citant

 
Juste deux remarques en passant :

1°) que personne ne s’étonne de rencontrer quelques fautes d’orthographe ou de grammaire dans le texte de M. l’Abbé Jacqmin : en dépit de ce que pourrait suggérer son nom, le français n’est pas sa langue maternelle ;

2°) comme l’observait récemment M. l’Abbé Belmont, l’adage in dubiis libertas n’est pas de saint Augustin, mais d’un écrivain protestant parlant des controverses entre protestants :

L’Abbé Belmont a écrit:
Il est d’ailleurs difficile d’attribuer ce texte à saint Augustin, pour peu qu’on y réfléchisse un peu.

Il n’aurait bien sûr fait aucune difficulté pour « in omnibus caritas », bien au contraire.

Mais la distinction entre « dubiis » et « necessariis » relève du grand écart : non seulement ce sont deux notions qui ne sont pas du même genre (l’une ressortit à la connaissance, l’autre à l’être) mais aussi entre les deux, il y a tout le probable, et le certain contingent. Et puis il y a des choses douteuses qu’on peut (ou même qu’on doit) laisser en l’état, tandis qu’il y a des doutes qu’on a le devoir de lever : quand il y va de l’honneur de Dieu, de la validité des sacrements, de la conduite à suivre en justice, de ce qui est nécessaire à la compréhension de la foi et de la parole du Magistère.

En fait, cette distinction n’a de sens que dans l’optique du libre examen protestant : là où la Bible ne souffre aucune divergence d’interprétation, nécessité et unité. Le reste est rejeté dans le domaine du douteux et du libre, chacun étant juge de ce qui est nécessaire et ce qui est douteux.

 


Revenir en haut
Bernardus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2013
Messages: 386
Localisation: Nouvelle France

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 21:21 (2014)    Sujet du message: Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam Répondre en citant

Une petite réponse claire aux questions 3 & 4:


https://archive.org/stream/lepapeinfaillibl00bruc#page/n7/mode/2up  P.39


                                                                            

                                                                        




                                                                          

_________________
''C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre... Quiconque cesse de s'opposer à un forfait manifeste peut en être regardé comme le complice secret". Pape saint Félix III (483-492).


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:46 (2017)    Sujet du message: Disputatio: Credo in UNAM Ecclesiam

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> La crise de l'Église militante -> La crise de l'Église Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com