Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum

Qui Legit Intellegat (Mt 24,15)
Forum Catholique Semper Idem

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> La crise de l'Église militante -> La crise de la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Jeu 12 Juin - 04:20 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Comme le marxisme, le lefebvrisme est moins une doctrine qu'une praxis.


Comme Georges Marchais, mis en difficulté dans ses propos incohérents par quelque journaliste, n'hésitait point à audacieusement rétorquer le contraire de ce qu'il venait de dire pour paraître retomber sur ses pieds, ainsi Mgr Lefebvre et ceux qui le suivent n'hésitent point à affirmer sans cesse, selon qu'on les menace de sanctions ou qu'on leur propose tel arrangement et accord, des assertions contradictoires.

Ce caractère de praxis inconséquente est bien souligné par ces trois déclarations opposées.

1°) Croyant bien faire pour résumer la pensée de son guide, l'Abbé Célier écrivait (L'Eglise déchirée, p. 8) non moins admirativement que naïvement :


« Pour résumer sa pensée constante, il faudrait choisir la phrase du Comte de Chambord :

« Ma personne n'est rien, mon principe est tout.».»
.



Pieuse imagination à laquelle la déclaration suivante de son chef donne un formel et très significatif démenti :

2°)
« Ce qui m'a fait agir, ce n'est pas un principe, un principe général, c'est la situation dans laquelle l'Eglise s'est trouvée.

Elle s'est trouvée dans des circonstances qui, chaque mois, chaque année, nous ont fait prendre des décisions qui nous ont paru demandées par Dieu, par les besoins de l'Eglise, par les besoins des fidèles, le salut des âmes, c'est tout ! »

(Mgr L., Conf. 22/2/1979, Cor Unum n° 3, p. 3s ; Catalogue 807a)



C'est bien là un trait caractérisant une praxis, un mode d'action fondé sur les circonstances, ce qu'on pourrait nommer, en référence à la morale de situation, une doctrine ou plus exactement un comportement de situation.





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Juin - 04:20 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 02:28 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Devant des menaces de sanctions, on durcit le ton, on parle d'hérésie, schisme, apostasie...


En face d'espoir de compromis et d'arrangement, voire d'accord, on se fait tout doux, on se déclare en parfaite communion, très obéissant et soumis.


En vue de forcer la main pour obtenir une autorisation qui ménage le grand public des bien ou mal faiteurs, on menace de déclarer illégitime :


« il est possible qu'on soit obligé de croire que ce pape n'est pas pape » !

Et si cela marche, on s'empresse de saisir la main tendue en vue de sacrer en pleine communion et soumission au "pape peut-être pas pape" !?...


Pourtant, 3°) Mgr L. sait souligner à l'occasion l'importance des principes et la gravité extrême de s'en écarter, ceci en une conférence dont on ne nous a envoyé le texte intégral qu'après la parution du Catalogue :


Mgr L. a écrit:


« Evidemment ! C'est toujours plus grave d'adhérer à un principe que de faire un simple acte.

C'est le principe qui est à la source de tous les actes, qui est la source de l'action
et, par conséquent, avec un principe comme

celui du libéralisme et de la liberté religieuse, eh bien, c'est cela qui vous fait faire l'oecuménisme,

c'est çà qui vous fait faire la laïcité des Etats...


Alors, c'est bien plus grave.



Assise, c'est très grave, c'est une apostasie, mais c'était un fait, un acte ;

ce n'est pas un principe, c'est le résultat d'un principe.»



(Conférence du 4/9/1987, retraite sacerdotale)








Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Sam 14 Juin - 03:04 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




La praxis du lefebvrisme : (Suite)



Aussi est-il très grave de choisir comme principe général d'action l'absence de principes directeurs :

« Ce qui m'a fait agir, ce n'est pas un principe, un principe général, c'est la situation » !


Cela mène à un perpétuel mouvement de balancier aux oscillations opposées, selon la situation, selon les circonstances du moment,

cela revient à bâtir sa demeure sur le sable mouvant, selon les marées.



Cela peut conduire malheureusement très loin.


En des moments de lucidité, on déclare justement :


Mgr L. a écrit:




« Les martyrs sont morts pour défendre la foi !

Un grain d'encens offert à la [fausse] divinité, et hop ! ils auraient eu la vie sauve.



On m'a conseillé une fois :

- " Signez, signez que vous acceptez tout, et puis vous continuez comme avant ! "



- Non ! On ne joue pas avec sa foi !... On ne signe pas une apostasie ! ». (Ils l'ont découronné, p. 68)






Et pourtant ! le 5/5/1988, la signature de l'acceptation du concile V 2 dans le sens de la Tradition,

a été faite pour pouvoir continuer comme avant avec "autorisation officielle" :


Mgr L. a écrit:



« c'est avec une réelle satisfaction que j'ai apposé ma signature » (L. 6/5/1988)




Abbé Aulagnier a écrit:



« C'était le jour de la Saint Pie V ! » (Fideliter spécial sacre p. 5)









Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Lun 16 Juin - 03:28 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Puis, comme les circonstances vous rappellent aussitôt qu'on ne s'écarte point en vain si gravement des principes,

alors on se dédit dès le lendemain de ce qui


Abbé Duchallard a écrit:


« était clairement un "pacte de silence"...» (La Tradition excommuniée, p. 40).




On se dédit, on se reprend, non pas comme d'une faute morale, mais comme d'une simple erreur de tactique,

non pas au nom des principes qui auraient fait éviter un tel piège et une telle chute,

mais parce que l'on n'a pas obtenu complètement l'objet de l'odieux marché à la Judas,

en ayant vendu la Vérité pour acheter des sacres à très brève échéance avec "autorisation officielle" et cohabitation pacifique !






Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Mar 17 Juin - 02:58 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Variations inévitablement issues de cette praxis de situation :


Bossuet a écrit:


« Lorsque, parmi les Chrétiens, on a vu des variations dans l'Exposition de la foi, on les a toujours regardées comme

une marque de fausseté et d'inconséquence (qu'on me permette ce mot) dans la doctrine exposée.


La foi parle simplement : le Saint-Esprit répand des lumières pures, et la vérité qu'Il enseigne a un langage toujours uniforme.


Pour peu qu'on sache l'histoire de l'Eglise, on saura qu'Elle a opposé à chaque hérésie des explications propres et précises,

qu'Elle n'a aussi jamais changées ;

et si l'on prend garde aux expressions par lesquelles Elle a condamné les hérétiques, on verra qu'elles vont toujours à

attaquer l'erreur dans sa source, par la voie la plus courte et la plus droite.


C'est pourquoi tout ce qui varie, tout ce qui se charge de termes douteux et enveloppés a toujours paru suspect,

et non seulement frauduleux, mais encore absolument faux, parce qu'ils marquent un embarras que la vérité ne connaît point.»

(Bossuet, Histoire des variations des églises protestantes, Introduction)





Or, comme la seule page 800 du Catalogue des variations en donne un très clair aperçu, les déclarations de Mgr Marcel Lefebvre en ses dernières années, ainsi que les "prises de position" de ceux qui l'ont choisi comme leur principal guide ne cessent de varier, non seulement en fonction de la situation mais aussi selon les interlocuteurs qu'il faut tous ménager.




Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Mer 18 Juin - 02:40 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Un jour, vous les entendez proclamer bien haut et fièrement qu'ils sont heureux d'être déclarés excommuniés,

hors de la communion de ceux qu'ils nomment les conciliaires, avec lesquels ils n'ont rien de commun, ni la Foi, ni les Sacrements,

le lendemain on vous annonce qu'ils sont en pourparler avec Rome pour un accord imminent.


Un jour, ils déclarent solennellement que la Chaire de Pierre et les évêchés sont occupés par des apostats,

des antichrists, des schismatiques qui ont quitté l'Eglise
,

le lendemain ils affirment avoir été toujours en parfaite communion de Foi avec le Très Saint Père,

qu'ils sont ses fils les plus fidèles et les mieux soumis,

tandis que l'avant-veille ils l'appelaient le Successeur de Pierre libéral ou le Saint-Père moderniste.


Un jour, ils parlent de l'Eglise conciliaire qu'ils traitent de révolutionnaire, maçonnique, charismatique, renégate,

schismatique, hérétique, secte antichristique, nouvelle religion
,

le lendemain ils la déclarent l'Eglise visible, s'affirment en pleine communion avec, una cum,

et y implorent leur réintégration tels qu'ils sont,

bien que l'avant-veille ils aient non moins fortement prétendu qu'aucun accord ne soit possible avec elle,

que vouloir rentrer dans cette Eglise conciliaire pour la rendre Catholique est une illusion totale... etc. etc.





Le Catalogue des variations lefebvro-traditionalistes face à la doctrine catholique marque donc, sur le plan doctrinal,

la débâcle intellectuelle, la Bérésina théorique du lefebvrisme.


Mais comme celui-ci ne vit point de principe et de doctrine, sa praxis, qui ne craint pas de se contredire,

pourra se soutenir encore par un aveuglement volontaire refusant de voir la réalité,

et par ses oeuvres utilitaires vis-à-vis de ses usagers intéressés.






Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Ven 20 Juin - 02:40 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Exemple significatif de cet aveuglement volontaire :


Parmi ses usagers intéressés, se trouvent les "bonshommes d'Avrillé", qui ont besoin des illégitimes évêques lefebvristes pour ordonner prêtres leurs sujets, non moins que de l'aide des bienfaiteurs de la FSSPX pour financer leur déploiement de 4 ailes, et l'aménagement intérieur d'icelles.

Alors un déploiement d'ailes à remplir vaut bien un déploiement de zèle à fournir, surtout quand on a eu certaine difficulté avec le supérieur de la FSSPX, et que d'aucuns vous soupçonnent d'être au fond de vous-mêmes relativement proches des honnis sous l'étiquette sédévacantistes.

L'occasion de commencer à montrer patte blanche à ce sujet leur a été donnée par le début de débat public en milieux lefebvristes sur la question du Siège vacant, lancé par le P. Vinson qui s'appuyait sur maintes déclarations de Mgr Lefebvre allant dans ce sens.

Nous avons montré, avec le professeur Corbi, les malencontreuses contradictions du P. Vinson en la matière, dans notre n° 48, de septembre 1996.

Toutefois, ses écrits répétés et largement répandus en milieux lefebvristes, ont obligé ces derniers à semoncer le Père, ou à paraître résoudre les difficultés par lui soulevées.

C'est en ce dernier domaine que les "bonshommes d'Avrillé" ont commencé à s'illustrer en ce débat.

(Dans un article de leur revue Le sel de la terre, C. de La Haye-aux-Bonshommes 49240 Avrillé, n° 23, d'hiver 1997-1998, cité dans le Catalogue (811-813) face à la doctrine catholique, en un extrait publié dans notre n° 59-60, p. 44s.)

Puis, indirectement, lors du "congrès" de Si Si No No de janvier 1996 (publié ensuite sous le titre de Eglise et Contre-Eglise au Concile V 2, p. 300), ledit "P. Pierre-Marie", citant en passant les n° 2 et 9 de Sub Tuum Praesidium, nous a attribué une énormité, en l'atténuant alors par ce demi-aveu : « Leur argumentation, si je l'ai bien comprise ».

Cette énormité a été répétée, cette fois sans atténuation et comme une certitude, dans leur n° 35 d'hiver 2000-2001, p. 41.

Avant de lire cette énormité, que nos abonnés, surtout les plus anciens, veuillent se bien caler sur leur siège, afin de ne point tomber à la renverse, devant une pareille diffamation :


« Certains, peu nombreux, prétendent que le Concile [V 2] a promulgué des dogmes. Ainsi les revues X et Sub Tuum Praesidium.» !

Incroyable, mais vrai !

Or, ayant demandé par lettre recommandée avec accusé de réception un droit de réponse, que nous réitérons ici publiquement, ces messieurs ont omis de le publier en leur n° 36, dans lequel ils ont par contre publié un assez court article intitulé :

Petit catéchisme du sédévacantisme (1), sur lequel nous allons revenir plus loin.

Aussi, comme le dit l'adage tiré des écrits de Saint Augustin :

errare humanum est, perseverare tantum diabolicum !


Ce n'est malheureusement point la première fois qu'il nous est donné de constater la résistance de ces messieurs à la vérité connue.

Notre lettre du 7/10/1999, d'abord à demi privée, puis publiée dans notre n° 63 p. 39, est toujours, à ce jour, restée sans réponse.

Elle comportait notamment cette question très claire et toute simple :

Si vous ne reconnaissez pas, au moins en votre for intérieur, que recevoir publiquement le signe initiatique de l'idole ou démon Siva est un évident acte public d'apostasie, n'y a-t-il pas lieu de se demander très sérieusement si vous avez la foi ?

Cette absence de réponse n'est-elle pas un aveu tacite de leur reconnaissance du caractère d'évidente apostasie publique constituée par un tel acte, tandis que tant de Martyrs ont refusé sous la menace de mort et en versant leur sang des actes souvent moins explicitement apostat que celui-là, fait de plein gré ! ?

Continuer à faire comme si de rien, comme si l'on ne savait pas, à tenir un tel personnage comme un possible et même "réel" Pape, n'est-ce point pire que de l'aveuglement volontaire ?



(1) A présent réfuté point par point ici : Réfutation du Petit Caté-Schisme d’Avrillé.




Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Sam 21 Juin - 03:14 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:





EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




De l' errare... au perseverare... :


En cette même lettre, nous protestions tant contre l'amalgame de notre défense de la doctrine catholique avec la fou-thèse guérardienne maintes fois réfutée par nous, qu'envers leur affirmation qu'actuellement la démonstration de la vacance du Saint-Siège manque, en leur envoyant les six voies de démonstration, publiées dans l'éditorial du n° 58, résumant très brièvement nos travaux antérieurs.

Or dans leur petit catéchisme du sédévacantisme (n° 36, p. 113-117), non seulement l'amalgame avec les guérardo-thucistes est maintenu, mais en outre étendu aux membres de la secte de Palmar de Troya.

Les imprécisions entretenues, les attributions fausses, comme celle du terme ultras remis en avant par Dom Gérard et non par l'abbé Coache, les déformations et réponses à côté y fourmillent.

Il y a moins là aveuglement volontaire que erreur entretenue, mensonges et calomnies en connaissance de cause !

Sinon, pourquoi refuser un juste droit de réponse de quelques lignes ?


Pourquoi ne pas prendre nos six voies de démonstration, en citant l'un après l'autre les arguments d'autorité mentionnés  en notre résumé d'à peine 4 pages, avant de montrer qu'une fausse application en est faite ! ?

Plutôt qu'une honnête réponse de ce type, pas si facile à faire sans doute, ces messieurs ont préféré le style de réponses indirectes en lesquelles il est plus aisé de répondre à côté.

Ainsi, ont-il prétendu mettre au rencard la Constitution Apostolique Cum ex Apostolatus du Pape Paul IV, valable à perpétuité et solennellement confirmée comme telle par Saint Pie V, dans un article de leur n° 33 sur lequel nous reviendrons dans un prochain numéro, en même temps que sur une autre attaque du même genre contre cette Bulle solennelle qui gêne fortement un grand nombre !








Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Mar 24 Juin - 03:58 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Le lefebvrisme contre le lefebvrisme :


Plutôt que de répondre à leurs arguties, comme cela est fait sur des pages et des pages dans le Catalogue, par des arguments d'autorité sur lesquels ils s'assoient avec une effrayante désinvolture, mettons leur nez dans les propres contradictions de celui dont ils ont fait leur Autorité majeure et universelle, leur seule référence "infaillible".

Car, en cet article encore, faisant fi de ce que Saint Robert Bellarmin démontre être la sentence unanime des Pères, ils cherchent appui sur tel ou tel théologien, notamment réfuté par Saint Robert,

ils persévèrent dans la défense de thèses jansénistes condamnées par Pie VI que

a) l'Eglise puisse édicter des lois universelles liturgiques et canoniques nocives,

b) un jugement préalable soit nécessaire pour tomber sous une peine latae sententiae,

ainsi que dans l'affirmation hérétique qu'un Concile oecuménique approuvé par un Pape puisse déclarer comme appartenant au dépôt révélé ce qui ne s'y trouve pas,

qui plus est, ce qui s'y trouve opposé et contraire, allant jusqu'à tenter d'esquiver et de détourner de son sens on ne peut plus clair

cette explication de Saint Thomas, dont ils se gardent de citer le texte même :


« D'où ce que dit Saint Augustin : "Pour qui offre-t-on le Corps du Christ, si ce n'est pour ceux qui sont membres du Christ ?".

C'est pourquoi on ne prie pas, au Canon de la Messe, pour ceux qui sont hors de l'Eglise.»
(3.79,7 ad 2),

encore explicité par Dom Guéranger (cf. STP 11. p. 10s) , etc., etc.....


(Notons en passant qu'en notre n° 11 p. 34s- sur la question de l'una cum, l'abbé Coache est pris en flagrant délit de falsification d'un texte du R.P. Lebrun.

Là où ce dernier traduit : aussi avec, ledit abbé indique d'abord :

et aussi (C. de la F. n° 80), avant de le commenter ensuite (en son n° 81) dans le sens de aussi pour,

en se gardant bien de citer le contexte des explications du R.P. Lebrun qui souligne le sens ici évident de en communion avec de una cum.


Ces messieurs d'Avrillé suivent la traduction et pour - alors qu'existe l'expression latine et pro justement employée en ce sens dans les prières du vendredi saint -,

et les fausses explications qu'un moine du Barroux est allé chercher dans un ouvrage des hyper-progressistes Botte-Mohrmann - Dom Botte étant un des auteurs du schéma de V2 sur la liturgie et l'auteur du nouveau rituel d'ordination - cf. notre n° 11 p. 36 et 9.)


Qu'il est désolant de voir à quel aveuglement la passion peut conduire de tels esprits !






Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Mer 25 Juin - 04:10 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Ainsi, s'appliquant à répondre aux guérardiens, écrivent-ils :

« La principale difficulté du sédévacantisme, c'est d'expliquer comment l'Eglise peut continuer d'exister de façon visible.. tout en étant privée de son chef.».

Or la réponse guérardienne à cette difficulté est, quoique d'une manière un peu différente, la solution tordue des lefebvristes eux-mêmes, à savoir qu'Elle serait maintenue visible par de publics hérétiques, schismatiques, apostats, antichrists, et tutti i quanti.

Pourtant, puisque le lefebvrisme ne manque pas de se contredire en ce point comme en tant d'autres, demandons à ces bonshommes ce qu'ils pensent de ces réponses de leur guide infaillible :


« Cette histoire d'Eglise visible de Dom Gérard et Madiran est enfantine.

C'est incroyable de parler d'Eglise visible pour l'Eglise conciliaire...»

(Mgr L, 30/6/1989 ; Fideliter 70. 6s).



Oh ! certes, il m'est bien connu qu'ils pourront répondre à cette affirmation du guide infaillible par une autre opposée :

« La question de la visibilité de l'Église est trop nécessaire à son existence pour que Dieu puisse l'omettre durant des décades.

Le raisonnement de ceux qui affirment l'inexistence du Pape met l'Église dans une situation inextricable.» (Mgr L, 8/11/1979).


Mais il est tout aussi facile de contrer cette réponse du guide infaillible par une autre déclaration du guide infaillible :

« c'est se tromper en assimilant Église officielle et Église visible.» (Mgr L, 9/9/1988).


On peut certes également tenter de donner une autre réponse du guide infaillible pour résoudre cette épineuse difficulté :

« C'est nous qui avons les notes de l'Eglise visible...

Que M. Madiran, qui connaît tout de même bien la situation, aille dire que nous ne sommes pas l'Eglise visible..., ce sont des mots qui n'expriment pas la réalité.» (Mgr L, 30/6/1989).


Mais dans le même discours, le guide infaillible déclare péremptoirement le contraire :

« Je ne dis pas que nous sommes l'Eglise visible, je ne l'ai jamais dit.».

Pourtant, le guide infaillible n'en affirme pas moins fortement :

« Mais nous sommes l'Eglise visible ! » (Le Choc, 6/1989 ; Itinéraire n° 336, p. 157s).


Qui croire donc, du guide infaillible ou de lui-même !?


Quant à ceux qui désirent réfléchir surnaturellement à cette difficulté au regard de la doctrine catholique, nous les renvoyons au point XII. D., E. et surtout F. du Catalogue, n° 792s, ainsi qu'à notre n° 23, et au n° 24 p. 45s.




Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Jeu 26 Juin - 03:17 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:




EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Du lefebvrisme à l'absurdisme :


Passant à un autre point, ces messieurs d'Avrillé poursuivent :

« Mais si JP 2 dit assez souvent des affirmations hérétiques ou qui conduisent à l'hérésie, il n'est pas facile de montrer qu'il a conscience de rejeter un dogme de l'Eglise.

Et tant que l'on n'en a pas une preuve certaine, il est plus prudent de s'abstenir de juger.

C'était la manière d'agir de Mgr L.» (p. 114s).



Ici, comme ailleurs, ils prennent vraiment Karol Wojtyla pour le roi des ignorants et des crétins, et leurs lecteurs pour des imbéciles.

Quand celui-ci déclare par exemple :


« L'Eglise a rompu désormais avec la célèbre formule "Hors de l'Eglise pas de salut", qui n'était d'ailleurs pas si terrible, nul ne connaissant les limites de l'Eglise.» ("N'ayez pas peur", p. 111),

veulent-ils nous faire croire que ce soi-disant docteur suprême ignorerait ce que Pie VIII (Litteris altero, 25/3/1830) appelait

« Le dogme le plus ferme de notre Religion, c'est que hors de l'Eglise personne ne peut être sauvé.» ?


Cette seule déclaration de haute voltige wojtylienne implique trois hérésies énormes et un parjure manifeste :

1°) que l'Eglise ait pu rompre avec son dogme le plus ferme,

2°) le fait que K. W. manifeste ainsi son rejet personnel de ce dogme,

3°) cela implique qu'il fait sienne « la supposition hérétique de l'évolution des dogmes » qu'il avait solennellement fait profession de rejeter absolument en prononçant le serment anti-moderniste avant de recevoir les ordres.


Quand il fait profession répétée de panthéisme :


« L'Incarnation de Dieu-Fils signifie que la nature humaine est élevée à l'unité de Dieu, mais aussi.. tout ce qui est "chair",

toute l'humanité, tout le monde visible et matériel
.» (Dominum vivificantem, 50,4) ;

« Désormais et toujours, sans regrets et sans retour, Dieu sera avec toute l'humanité devenu un avec elle..» (OR 31/3/1981) ;

« si le Christ "s'est en quelque sorte uni à tout homme" (GS 22)...

Si ce Corps Mystique est le peuple de Dieu..., cela signifie que tout homme est dans ce Corps...» (Redemptor hominis 18,1),

« parce que le Christ est en quelque sorte uni à l'homme, à chaque homme sans aucune exception, même si ce dernier n'en est pas conscient (GS 10,1)..» (RH 14,3) ;

« Il s'agit de chaque homme, parce que chacun a été inclus dans le mystère de la Rédemption, et Jésus-Christ s'est

uni à chacun pour toujours à travers ce mystère.. dont devient participant chacun des 4 milliards d'hommes vivant sur notre planète,

dès l'instant de sa conception près du coeur de sa mère »
(R.H. 13,3),
etc. etc...


Quand par ses assertions autant hérétiques que blasphématoires il envoie promener, en passant par une "immaculée conception universelle", toute nécessité du Baptême, toute séparation d'avec Dieu par le péché, par la damnation, etc..., en un mot tout l'Evangile et la doctrine catholique, quand il ne cesse d'équiparer l'Eglise au genre humain tout entier, etc., etc..., ces messieurs d'Avrillé voudraient nous faire croire qu'il n'en est peut-être pas conscient !?

Pour qui le prennent-ils, et nous prennent-ils !?






Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Ven 27 Juin - 12:12 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:




EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Mais puisqu'ils s'assoient sans vergogne sur le canon 16 qui déclare que l'ignorance n'est point présumée,

sur le c. 2200 qui déclare que devant un délit externe la volonté délibérée de violer la loi est présumée,

sur la doctrine catholique rappelée par Léon XIII que l'on n'a pas à juger du for interne en tant que tel

et qu'il est absurde de penser que quelqu'un qui est hors de l'Eglise puisse avoir quelque autorité dans l'Eglise,

qu'ils veuillent bien nous dire ce qu'ils pensent de cette déclaration de leur maître à penser :


Mgr L. a écrit:



« il est possible que nous soyons dans l'obligation de croire que ce pape n'est pas pape.

Je ne veux pas encore le dire d'une manière solennelle et formelle, mais il semble bien à première vue qu'il soit impossible qu'un pape soit hérétique publiquement et formellement... et quasiment apostasier...»


(30/4/1986)





Et de cette autre ? :

Mgr L. a écrit:



« ne devons-nous pas et ne devons-nous pas en conscience affirmer aujourd'hui, après la promulgation du nouveau droit

qui affirme clairement la nouvelle Eglise et après les actes et déclarations scandaleuses concernant Luther,

que le pape JP 2 n'est pas catholique ? »


(3/1984 ; Fideliter, n° 123 p. 29)





Par ailleurs, pourquoi ces messieurs d'Avrillé se cantonnent-ils en leur Petit catéchisme du sédévacantisme dans la question de l'hérésie, quand tant les faits que leur guide infaillible parlent de schisme, d'apostasie, d'antichrists ?

Que pensent-ils donc de ces autres affirmations ?

de leur maître à penser :


Mgr L. a écrit:



« Rome a perdu la foi... Ce ne sont pas des paroles, ce ne sont pas des mots en l'air que je vous dis.

C'est la vérité. Rome est dans l'apostasie. On ne peut plus avoir confiance en ce monde-là, il a quitté l'Eglise.

Ils ont quitté l'Eglise, ils quittent l'Eglise. C'est sûr, sûr, sûr...


C'est l'abomination, vraiment l'abomination...


Je pense que l'on peut dire que ces personnes qui occupent Rome aujourd'hui sont des antichrists...

Ils sont antichrists, c'est sûr, absolument certain..


(Mgr L., Conf. 4/9/1987)





Mgr L. a écrit:



« La chaire de Pierre et les postes d'autorité de Rome étant occupés par des antichrists...»

(Mgr L., L. 29/8/1987)





Certes, ces dernières déclarations datent de 1987, quand les actes multiples d'apostasie publique de Karol Wojtyla dans de pseudos "forêts sacrées" d'Afrique ou en Inde, ainsi que le panthéon d'Assise étaient encore tout frais dans les mémoires !





Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Sam 28 Juin - 03:37 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Certes, on pourrait aisément citer, comme cela est fait dans le Catalogue, quantité d'autres affirmations du guide infaillible allant soit dans le même sens, soit affirmant "pape" quelqu'un qu'il range parmi les pas catholiques, les hérétiques, schismatiques, apostats, antichrists !

Mais quel étrange et monstrueux aveuglement peut vouloir concilier des déclarations si contradictoires et si profondément opposées à la doctrine élémentaire de l'Eglise !?

Tel est l'exercice de haute voltige marchant sur la tête en lequel se lance l'équipe des « bonshommes d'Avrillé » :


« un pape hérétique, tout en n'étant pas membre de l'Eglise, peut continuer à en être la tête » !

Incroyable, mais vrai !

Ce faisant, ils s'assoient une fois de plus tant sur le bon sens que sur l'enseignement des Pères et Saints Docteurs, non moins que des Papes :


Saint Antonin, Archevêque de Florence a écrit:



« Dans le cas où le Pape deviendrait hérétique, il se trouverait, par ce seul fait et sans aucune sentence, séparé de l'Eglise.

En effet, une tête séparée d'un corps ne peut, aussi longtemps qu'elle en reste séparée, être la tête de ce même corps dont elle s'est retranchée.

Donc un Pape qui aurait été séparé de l'Eglise par l'hérésie, cesserait par cela même d'être la Tête de l'Eglise ;

il ne pourrait être hérétique et rester Pape, parce que, étant hors de l'Eglise, il ne peut posséder les clés de l'Eglise.»


(Saint Antonin, Archevêque de Florence)








Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Lun 30 Juin - 02:03 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Saint Robert Bellarmin, Cardinal et Docteur de l'Eglise a écrit:



« C'est la sentence de tous les anciens Pères, qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent aussitôt toute juridiction

(Haec est sententia omnium veterum Patrum, qui docent, haereticos manifestos mox amittere omnem juridictionem)...



Finalement, les saints Pères enseignent unanimement non seulement que les hérétiques sont en dehors de l'Eglise,

mais encore qu'ils sont par le fait même privés de toute juridiction et dignité ecclésiastique.


(Denique Sancti Patres concorditer docent, non solum haereticos esse extra Ecclesiam ; sed etiam ipso facto carere omni juridictione et dignitate Ecclesiastica.)


Saint Cyprien (L. 2 Ep. 6) dit :

« Nous affirmons qu'aucun hérétique n'a ni pouvoir ni droit »...


Saint Optat (l 1 contra Parm.) enseigne que les hérétiques et schismatiques ne peuvent avoir les clés du Royaume des Cieux, ni lier, ni délier.


Saint Ambroise (De poenit. l 1 ch.2), et S. Augustin (Enchir. ch.65), S. Jérôme (l. contr. Lucifer)..., le Pape S. Célestin I (Ep. ad J. Antioch., et EP ad Cler. Constan.)..., le Pape Nicolas I (Ep. ad Mich.), enseignent la même chose.


Saint Thomas (2.2.39,3), enfin, expose que les schismatiques perdent aussitôt toute juridiction, et que ce qu'ils tentent de faire, en se basant sur quelque juridiction que ce soit, est nul...

Melchior Cano enseigne de même que les hérétiques ne font pas partie de l'Eglise ni n'en sont membres, et qu'il ne se peut pas et qu'il est inconcevable que quelqu'un soit Tête et Pape, qui n'est point membre ni partie..»

(Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice 2,30)





Léon XIII a écrit:



« Car il serait absurde de prétendre qu'un homme exclu de l'Eglise ait quelque autorité dans l'Eglise.»

(Léon XIII, Encyclique Satis Cognitum, 29/6/1896)





C'est en outre ce que Paul IV a définitivement sanctionné en une loi solennelle, valable à perpétuité, confirmée comme telle par Saint Pie V.





Or ce que ces Saints, Pères, Docteurs et Papes enseignent, conformément au plus élémentaire bon sens,

absurde, inconcevable, impossible,

voilà ce que ces messieurs d'Avrillé prétendent "démontrer possible" !?





Revenir en haut
Abbé Zins


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2014
Messages: 131

MessagePosté le: Mar 1 Juil - 04:18 (2014)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste Répondre en citant

Sub Tuum Praesidium n° 66 (5-6/2001) a écrit:



EDITORIAL


Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Source profonde de ces aberrantes et incohérentes variations :



Qu'un tel comportement de situation est affligeant à considérer !

Qu'un tel aveuglement volontaire est effrayant !

D'où vient-il !?

En toute cette triste démonstration, notre intention n'est assurément pas d'accabler Mgr Lefebvre.

D'abord, parce qu'il a été un des rares Evêques à s'appliquer à résister à la subversion, et un des seuls à s'y attaquer publiquement.

Ensuite, parce qu'il a dû se lancer en cette lutte à l'âge où la plupart de nos contemporains prennent leur retraite, comme lui-même en avait été tenté, et ne songent plus qu'à vivre tranquillement de leurs rentes.

Ce poids de l'âge, auquel s'ajoute l'usure d'un tel combat, ont sans doute lourdement pesé dans les divagations de pareilles contradictions.

Enfin, en raison du cas atypique de cette subversion, dont les agents infiltrés jusqu'au Vatican ont oeuvré non de l'extérieur, mais à l'intérieur des structures ecclésiastiques, en se faisant passer pour ce qu'ils ne sont pas.

Notre présent propos n'est pas non plus de l'excuser, mais d'exposer la réalité le plus objectivement possible.

Le Saint-Esprit peut permettre que même des esprits fidèles et honnêtes se trompent ou soient trompés, surtout en ce qui concerne des personnes, que des âmes habituellement sous son influence s'en détournent un temps, défaillent temporairement, voire chutent un instant.

Mais il est absolument certain que l'Esprit-Saint ne saurait inspirer ni une erreur, ni un mal, ni des fluctuations, ni des variations continuelles, encore moins des contradictions et des oppositions à la doctrine catholique.

 Ce n'est donc point sous son influence que Mgr Lefebvre en est arrivé là, mais bien plutôt sous celle de l'esprit du père du mensonge.

Or, comme Dieu n'abandonne point s'il n'est le premier abandonné, force est de conclure que Mgr L. a failli à un moment à ce qu'il aurait dû faire.

Sa tendance de praxis d'homme d'action, soulignée plus haut, nous met déjà sur la voie.






Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:12 (2017)    Sujet du message: Incohérentes contradictions de la praxis lefebvriste

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> La crise de l'Église militante -> La crise de la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com