Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum

Qui Legit Intellegat (Mt 24,15)
Forum Catholique Semper Idem

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> Section Générale -> Discussion Générale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 09:56 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Le 7 février 1847, à la suite d'une pétition de la part des évêques des États-Unis réunis à Baltimore, le pape Pie IX désigna la Vierge Marie, sous le vocable de l'Immaculée-Conception, comme patronne des États-Unis.


Extrait du numéro de Juin 1954 de The American Ecclesiastical Review. Traduction approximative a écrit:

En 1846, quand les évêques des États-Unis consacrent notre terre d'une manière spéciale à l'Immaculée Conception, en choisissant la Vierge sous ce titre pour la Patronne spéciale de notre pays, c’était une nouvelle dédicace pour ce qui concerne la partie, qui avait jadis appartenu à l’Espagne [la Floride, la Georgie, le Texas, le Nouveau Mexique, l’Arizona et la Californie, NDLR], qui avaient déjà été placés sous le patronage de Marie Immaculée en 1760.

Dans son Histoire de la dévotion à la Vierge Marie en Amérique du Nord, MacLeod nous dit que, en 1862, plus de huit cents églises en Amérique du Nord ont été consacrées à la Sainte Vierge, 145 ont été nommés sous le vocable de l'Immaculée Conception. Un autre compte-rendu par le Père Maynard Geiger, OFM, en 1943, montre que sur 4817 églises et institutions des États-Unis consacrées à la Bienheureuse Vierge Marie, 637 le sont en l’honneur de l'Immaculée Conception.

Les Etats-Unis d'Amérique sont en effet la terre de Marie Immaculée. Très dignement le poète-prêtre bien-aimé du Sud, Fr. Abram J. Ryan, a écrit l'un de ses plus beaux poèmes à Baltimore dans la nuit du 8 décembre 1880, l'ouvrant avec ces vers :


La neige est tombée à la vigile de la fête
Et a couvert la ville d'un surplis blanc;
Je me demande, qui a tissé les purs gilets ?
Demandez à la Vierge, ou à Dieu, ou à la nuit.

Il a retouché la fête : doublement un symbole,
Et la terre portait le surplis au matin,
Pur comme le lys inoxydable de la vallée
Pour Marie, née sans péché;

Pour Marie, conçue sans péché en tout;
Et le soleil, à travers les nuages de l'Est,
Avec le plus brillant et le plus équitable des rayons,
A effrangé le surplis blanc pour la fête.

Et autour de l'horizon sans nuage sont accrochées
De pures étoles pour être portées lors de la fête;
Alors que la terre et les cieux attendent
La belle messe du prêtre.



(version originale ici)



Sainte et joyeuse fête de l'Immaculée-Conception à tous.
_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Dernière édition par Guillaume le Lun 8 Déc - 16:53 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Déc - 09:56 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 16:39 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Un autre compte-rendu par le Père Maynard Geiger, OFM, en 1943, montre que sur 4817 églises et institutions des États-Unis consacrées à la Bienheureuse Vierge Marie, 637 le sont en l’honneur de l'Immaculée Conception.

Parmi celles-ci figurent :


- la basilique Sainte Marie de l'Immaculée Conception de Norfolk (Virginie)



- la basilique Sainte Marie de l'Immaculée Conception de Lafayette (Indiana)


- l'église du sanctuaire de l'Immaculée Conception d'Atlanta (Georgie)


- la basilique du sanctuaire national de l'Immaculée Conception à Washington, la capitale des Etats-Unis. Son édification a été expressément encouragée, soutenue et louée par deux papes successifs (saint Pie X et Benoît XV) :


Lettre de Benoît XV
A LL. E E . les cardinaux Gibbons, archevêque de Baltimore ; et O'Connell, archevêque de Boston ; aux archevêques et évêques des Etats-Unis
...10 avril 1919
a écrit:

(...)

On Nous rapporte également que le projet d'élever une église à côté de l'institut, en l'honneur de la Vierge Immaculée, a suscité un grand élan de piété envers elle. Cette nouvelle Nous a infiniment plu.

Notre Prédécesseur Pie X, d'heureuse mémoire, avait hautement approuvé et loué ce pieux projet. Rien ne Nous est également plus cher que de voir s'achever, le plus tôt possible, dans la capitale de ce grand Etat, un temple digne de la céleste Patronne de l'Amérique, d'autant plus que votre Université, sous les auspices de l'Immaculée Mère de Dieu, atteint maintenant, on peut le dire, un haut degré de perfection. De même que l'Université sera le lieu où, comme des rayons vont au centre, les étudiants catholiques viendront se réunir, ainsi, Nous en avons la confiance, non seulement ceux qui sont ou seront agrégés au nombre des étudiants, mais encore tous les catholiques de ces Etals auront les yeux tournés vers cette sainte église placée sous la protection de la Vierge Immaculée, dispensatrice de toutes les grâces, comme vers leur propre sanctuaire, et y viendront en grand nombre manifester leur religion et leur piété.

O, Vénérables Frères, que bientôt luise le jour où vous pourrez couronner votre œuvre ! Et pour que ce projet ne tarde trop à se réaliser, Nous invitons tous ceux qui se glorifient d'être catholiques à donner leur obole plus largement encore que de coutume, non seulement les particuliers, mais encore les communautés religieuses, surtout celles que leur Ordre voue plus spécialement au culte de la Mère de Dieu. Et, dans cette noble émulation, il ne convient pas que les femmes aient la seconde place. Elles doivent d'autant plus promouvoir le culte de la Vierge immaculée que sa gloire rejaillit particulièrement sur leur sexe. Pour donner l'exemple à ceux que Nous exhortons, Nous avons décidé d'orner le maître-autel de cette église d'un don personnel. Nous enverrons donc en son temps, à Washington, une mosaïque représentant la bienheureuse Vierge conçue sans péché, que Nous ferons exécuter dans les ateliers du Vatican; et sur le maître-autel où on la placera, elle sera le signe de Notre piété envers Marie Immaculée et de la particulière bienveillance dont Nous entourons l'Institut.


(...)



La mosaïque représentant la bienheureuse Vierge conçue sans péché posée sur le maître-autel de la basilique du sanctuaire national de l'Immaculée Conception à Washington. D'après une peinture de Bartolomé Esteban Murillo.
_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Dernière édition par Guillaume le Mar 9 Déc - 09:56 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 08:13 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Les Etats-Unis d'Amérique sont la terre de Marie Immaculée.

C'est aussi une nation particulièrement chérie des papes :

Léon XIII, Lettre apostolique Testem benevolentiæ au cardinal Jacques Gibbons, archevêque de Baltimore. 15 avril 1902 a écrit:

...vous attestant de nouveau l'amour dont Nous entourons votre nation, qui, si elle a fait beaucoup pour la religion dans le passé, promet davantage encore dans l'avenir, avec la bénédiction de Dieu...

(version anglaise : "...while the changes and tendencies of nearly all the nations which were Catholic for many centuries give cause for sorrow, the state of your churches, in their flourishing youthfulness, cheers Our heart and fills it with delight. True, you are shown no special favor by the law of the land, but on the other hand your lawgivers are certainly entitled to praise for the fact that they do nothing to restrain you in your just liberty.")



Léon XIII, Léon XIII, encyclique In Amplissimo sur l'Eglise aux Etats-Unis adressée au cardinal Jacques Gibbons, archevêque de Baltimore. 15 avril 1902 a écrit:

...tandis que les changements et les tendances de presque toutes les nations qui étaient catholique pendant de nombreux siècles donnent cause de la douleur, l'état de vos églises, dans leur jeunesse florissante, encourage Notre cœur et le remplit de joie. Certes, aucune faveur spéciale ne vous est attribuée par les lois du pays, mais d'autre part vos législateurs ont certes le droit d’être loués pour le fait qu'ils ne font rien pour vous freiner dans votre juste liberté.




Les premiers étudiants du Collège nord-américain fondé par Pie IX en 1859 et devenu Collège pontifical sous Léon XIII en 1884



Saint Pie X - Cité dans le Los Angeles Herald et le Chicago Tribune du 6 août 1903 a écrit:

J'aime ces Américains, qui sont la jeunesse florissante du catholicisme.

(I love those Americans who are the blooming youth of Catholicism)



Saint Pie X recevant un groupe de pélerins américains membres de l'association des chevalier de Colomb. 6 août 1903.



Lettre de Benoît XV
A LL. E E . les cardinaux Gibbons, archevêque de Baltimore ; et O'Connell, archevêque de Boston ; aux archevêques et évêques des Etats-Unis
...10 avril 1919
a écrit:

(...)

L'humanité se trouve au milieu de si grands périls qu'elle réclame à la fois et le secours de la Vierge et les efforts de tous. Elle est à deux doigts de sa perte, et ne sera sauvée que sur la base restaurée des lois de charité et de justice. Il faut que vous vous y appliquiez plus que tous, car vous avez beaucoup d'influence sur votre nation qui, restée fidèle aux principes de la vraie liberté et de la civilisation chrétienne, aura une grande part dans le rétablissement de l'ordre et, après un si violent bouleversement, dans la restauration et la rénovation, par ces mêmes principes, de la société humaine.


(...)



Benoît XV reçoit en audience le président des Etats-Unis, Woodrow Wilson. 4 janvier 1919.

Cardinal Eugenio Pacelli - futur Pie XII - lors de son séjour aux Etats-Unis.
Cité dans l'Osservatore romano et l'édition de La Croix du 20 novembre 1936 a écrit:

Oui, qu'il est consolant de voir, par exemple, très répandue dans toutes les classes de la société du peuple catholique américain, la pratique de la communion fréquente et même quotidienne, céleste aliment de la plus vraie et céleste spiritualité !

Honneur surtout aux militants de l'Action catholique, qui collaborant à l'apostolat hiérarchique, pleinement conscients des difficultés et des dangers de l'heure présente, travaillent de toutes leurs forces et avec une incomparable succès à la sanctification des âmes, à la diffusion du règne du Christ, par le développement des écoles catholiques et toutes les oeuvres sociales, par une efficace campagne en faveur du cinéma moralisateur, résolus ainsi à déployer ainsi une action énergique et éclairée contre les forces antichrétiennes qui ont juré de bouleverser l'ordre voulu par Dieu.

La paix dans la justice sociale évitera, avec la grâce de Dieu, les funestes discordes et les convulsions catastrophiques dont notre vieille Europe est le témoin angoissé.



Le cardinal Eugenio Pacelli célébrant la messe en la cathédrale Saint-Patrick de New York. 11 octobre 1936.


Pie XII. Message de condoléances au nouveau au président Harry S Truman pour le décès de Franklin D. Roosevelt. 13 avril 1945 (*) a écrit:


La nouvelle inattendue et douloureuse de la mort du président provoque en Notre coeur un profond sentiment de chagrin, né de la haute estime dans laquelle Nous tenions cet homme d'Etat réputé et des relations amicales qu'il créa et entretint avec Nous et avec le Saint-Siège.

A l'expression de Nos condoléances, Nous joignons l'assurance de Nos prières pour le peuple américain tout entier et pour son nouveau président, à qui Nous adressons Nos voeux fervents que ses efforts puissent être efficaces pour conduire les nations en guerre à une paix proche, juste et chrétienne.


(*) D'après le texte anglais de l'Osservatore Romano, du 14 avril 1945.




Le futur Pie XII (cardinal Eugenio Pacelli) rencontre le président Franklin D. Roosevelt le 8 novembre 1936 dans sa résidence privée de Hyde Park à New York.


Lettre de Pie XII au président Harry S Truman - 20 décembre 1949 a écrit:

(...)
Dans ce bienfaisant travail de la charité chrétienne, Nous sommes heureux de rappeler encore une fois – et c’est à son honneur – la cordiale adhésion et la puissante collaboration du peuple des États-Unis : dans cette générosité si large et si spontanée, Nous reconnaissons volontiers, et Nous signalons comme un exemple pour tous, cette bonne volonté qui, suivant le message chrétien des anges, rend gloire à Dieu et hâte la paix sur terre.
Nous appelons la lumière, l’assistance et la bénédiction du Christ enfant sur votre personne et sur l’activité de votre Excellence, comme aussi sur tous vos concitoyens qui s’efforcent courageusement de chercher et de suivre la voie qui mène à un avenir plein de paix pour l’humanité.


(*) La Documentation catholique, 1950, n°1060, col. 77-78.



Pie XII, le pasteur angélique (Pastor angelicus selon la prophétie de saint Malachie), reçoit en audience le commandant des forces de l'OTAN, Lauris Norstad, et son épouse. 17 février 1957.


Pie XII. Allocution au vice-président des Etats-Unis. 17 mars 1957 a écrit:

(...)

Avec une profonde affection, Nous prions pour que les bénédictions du Ciel soient accordées à tous vos concitoyens et à leur cher président [Dwight D. Eisenhower, NDLR]. Puisse Dieu lui accorder santé et réconfort dans les tâches ardues de sa haute charge et dans son oeuvre incessante pour la cause de la paix du monde...



Le pasteur angélique reçoit en audience le vice-président des Etats-Unis, Richard M. Nixon, et son épouse. 17 mars 1957.

_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Dernière édition par Guillaume le Lun 15 Déc - 18:19 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 07:59 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Discours du pape Paul VI au président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy. 2 juillet 1963 (*) a écrit:

Excellence,


C’est avec une grande joie que Nous accueillons Votre Excellence au Vatican, Nous rappelant avec un vif plaisir notre première rencontre il y a environ vingt-cinq ans, lorsque vous étiez encore un tout jeune homme. Vous accompagniez alors vos parents au couronnement du Pape Pie XII, Notre vénéré Prédécesseur d’heureuse mémoire. Nous aimons aussi Nous rappeler les nombreuses et agréables occasions où Nous avons rencontré votre honorable père.

Votre Excellence se retrouve de nouveau ici mais cette fois comme président de la noble nation des Etats-Unis d’Amérique. Nous avons visité votre splendide pays, voyageant d’une ville à l’autre, et cela Nous a permis de constater personnellement les nombreuses et admirables qualités qui ont fait de votre pays un des meilleurs de la famille des nations. La chaude et sincère hospitalité qui Nous a été donnée partout où Nous sommes passé a laissé en Nous une impression ineffaçable. Les nombreuses églises qui sont disséminées dans les campagnes américaines et les clochers qui s’élèvent au-dessus des cités manifestent la sensibilité spirituelle et la foi de votre peuple. Nous avons admiré le travail, l’activité et l’imagination qui ont transformé vos vastes ressources naturelles, et vous ont permis d’offrir à vos citoyens un niveau de vie élevé.

Cependant, au milieu de cette abondance si durement acquise, votre pays n’a pas oublie les nobles idéaux de ses premiers débuts, et il n’a pas négligé les pays plus pauvres, spécialement les nouveaux Etats qui s’efforcent d’apporter à leurs populations les bienfaits de la liberté dans la loi. Au prix de sacrifices non négligeables, les Etats-Unis leur ont tendu une main généreusement secourable. Cette compréhension et cette générosité amicales ne peuvent que créer une amitié durable fondée sur le respect mutuel et attirer de nouvelles bénédictions sur les citoyens de votre pays.

Au cours de ces dernières années, l’exploration de l’espace, à laquelle les Etats-Unis ont apporté une importante contribution, a connu d’impressionnants développements. Puissent ces entreprises avoir la signification d’un hommage rendu à Dieu créateur et législateur suprême. Parce qu’elles sont si riches de promesses pour le bien de l’humanité, puissent-elles servir au vrai et pacifique progrès qui unit les hommes par des liens étroits de fraternité universelle !

Ces sentiments, Nous les avons souvent rencontrés dans les discours de Votre Excellence.. Avec quelle clarté vous y rappelez les grands principes moraux de vérité, de justice et de liberté! Nous y voyons une harmonie spontanée avec ce que Notre vénérable Prédécesseur, le Pape Jean XXIII, disait dans sa dernière encyclique Pacem in terris, lorsqu’il présentait de nouveau au monde l’enseignement constant de l’Eglise sur la dignité de la personne humaine, dignité que Dieu a conférée à l’homme en le créant à son image et à sa ressemblance. Nous Nous rappelons toujours dans Nos prières vos efforts pour assurer à tous vos citoyens les mêmes bienfaits de la citoyenneté qui ont pour fondement l’égalité de tous les hommes en vertu de leur dignité de personnes et de fils de Dieu.

Votre activité en faveur de la paix du monde est digne des plus hauts éloges. Et Nous avons confiance que vos efforts trouveront une prompte réponse de la part de tous les hommes de bonne volonté. La paix universelle, dans la charité et la justice, est réalisable, et Nous pensons que les efforts des Etats-Unis seront fructueux et contribueront à assurer à tous les peuples de notre monde inquiet cette paix qui leur permettra de prospérer et de jouir des bénédictions que Dieu leur réserve. A cette fin, Nous aussi, à l’exemple de Nos Prédécesseurs, Nous consacrerons Nos prières, Nos forces et Notre vie.

Nous vous adressons donc Notre cordiale bienvenue et, par l’intermédiaire de Votre Excellence, Nous désirons saluer votre épouse, Mme Kennedy, votre famille et tous les citoyens de votre pays, en invoquant sur tous l’abondance des bénédictions célestes.



(*) L'Osservatore Romano. Edition Hebdomadaire en langue française, n. 28 p.2, 3.
La Documentation catholique, n.1404 col. 939-941.



Éloge funèbre du président des Etats-Unis John F. Kennedy par Philip M. Hannan, évêque auxiliaire de Washington (25 novembre 1963, cathédrale Saint-Matthieu de Washington) (*) :

Citation:

Madame Kennedy et ses enfants, mère bien-aimée et les membres de la famille, monsieur le président des États-Unis, vos Majestés et éminents chefs de gouvernement, messieurs les représentants des chefs d'Etat éminents, votre Éminence le cardinal Cushing, Votre Excellence, le représentant du Saint-Père, Vos Excellences l'archevêque et les évêques, Mgr Cartwright, vos Excellences les ambassadeurs, monsieur le Président de la Chambre, messieurs les membres éminents de la magistrature, du congrès, du gouvernement, et tous les amis distingués du président John Fitzgerald Kennedy:

On pensait que la commémoration la plus appropriée de cet événement bouleversant serait l'expression des idéaux et des sources d'inspiration dans ses propres mots du président John Fitzgerald Kennedy.

Le président John Kennedy aimait à citer la Bible. Au dernier dîner de sa vie à Houston, Texas, jeudi soir dernier, il a appliqué à un ami - comme elle devrait lui être appliquée - cette combinaison de passages des Proverbes et de la prophétie de Joël: «Vos vieillards auront des songes, vos jeunes gens, des visions. Et où il n’y a pas de vision, le peuple périt.»

Et pour ceux qui partageaient sa vision dans ce pays et à l'étranger, il avait dit il y a deux mois aux Nations Unies : «Achevons ce que nous avons commencé, pour que les Écritures nous disent : Quiconque met la main à la charrue et regarde en arrière, n’est pas propre au royaume de Dieu. ».

En ce moment de tristesse et d'accablement, il aurait voulu que nous nous souvenions des passages de Josué et d’Isaïe qu'il avait utilisés en acceptant l'investiture présidentielle : « Soyez fort et prenez courage. N'ayez pas peur, ne soyez pas consternés. Ceux qui espèrent au Seigneur renouvellent leur force ; ils prendront des ailes comme l’aigle, ils courront sans se fatiguer, et ils marcheront sans se lasser.»

Enfin, dans ses dernières heures, le président Kennedy avait préparé ces mots pour Dallas et pour la nation : « La justice de notre cause doit toujours guider nos forces, parce qu’il a été écrit il y a longtemps : Si le Seigneur ne garde la ville, en vain veillent ceux qui la gardent. »

Ce qui suit est un de ses passages préférés des Écritures, du Livre de l'Ecclésiaste, troisième chapitre :

« Toutes choses ont leur temps, et tout passe sous le ciel dans les délais qui lui ont été fixés.
Il y a un temps pour naître, et un temps pour mourir ; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté. Il y a un temps pour tuer, et un temps pour guérir ; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir. Il y a un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour s’affliger, et un temps pour danser.
Il y a un temps pour jeter des pierres, et un temps pour les ramasser ; un temps pour embrasser, et un temps pour s’éloigner des embrassements. Il y a un temps pour acquérir, et un temps pour perdre ; un temps pour conserver, et un temps pour rejeter. Il y a un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler. Il y a un temps pour aimer, et un temps pour haïr ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix. »


Et maintenant, l'expression finale de ses idéaux et de ses aspirations est dans son discours inaugural :

« Nous célébrons aujourd'hui non pas la victoire d'un parti, mais celle de la liberté, qui symbolise aussi bien une fin qu'un commencement, et qui marque un renouveau et un changement.

Que tous, amis comme ennemis, sachent dès aujourd'hui et en ce lieu que le flambeau a été passé à une nouvelle génération d'Américains, née en ce siècle, tempérée par les combats, disciplinée par une paix difficile et amère, fière de son héritage ancien, et qui refuse d'assister et de laisser place à la lente décomposition des droits de l'homme pour lesquels cette nation s'est toujours engagée, et pour lesquels nous nous engageons aujourd'hui dans notre pays et dans le monde entier.

Que chaque nation, bienfaitrice ou malintentionnée, sache que nous paierons n'importe quel prix, que nous supporterons n'importe quel fardeau, que nous surmonterons n'importe quelle épreuve, que nous soutiendrons n'importe quel ami et que nous combattrons n'importe quel ennemi pour assurer la survie et la victoire de la liberté.

Nous n'accomplirons pas tout cela dans les cent premiers jours. Ni dans les mille premiers jours, ni sous ce gouvernement, ni même peut-être au cours de notre existence sur cette planète. Mais nous pouvons commencer.

C'est entre vos mains, mes chers concitoyens, plus que dans les miennes, que reposera le succès ou l'échec final de notre entreprise. Depuis la fondation de notre nation, chaque génération d'Américains a dû témoigner de sa loyauté envers notre pays. Les jeunes Américains qui ont répondu à cet appel reposent dans le monde entier.

Aujourd'hui, la trompette retentit de nouveau, non pas comme un appel aux armes, bien que nous ayons besoin d'armes, non pas comme un appel au combat, bien que nous ayons des combats à mener, mais comme un appel à porter le fardeau d'une longue lutte crépusculaire, année après année, "en s'abreuvant d'espoir et en faisant preuve de patience dans l'adversité", une lutte contre les ennemis communs de l'homme : la tyrannie, la pauvreté, la maladie et la guerre elle-même.

Tout au long de l'histoire du monde, seules quelques générations ont été appelées à défendre la liberté lorsqu'elle était grandement menacée. Je ne recule pas devant cette responsabilité, je m'en réjouis. Je crois qu'aucun d'entre nous n'échangerait sa place contre celle d'un autre ou de n'importe quelle autre génération.

L'énergie, la foi et le dévouement dont nous faisons preuve dans cette entreprise éclaireront notre pays et tous ceux qui le servent, et cette lueur peut réellement se diffuser au monde entier.

Ainsi, mes chers compatriotes américains : ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais bien ce que vous pouvez faire pour votre pays.

Enfin, que vous soyez citoyens d'Amérique ou citoyens du monde, exigez de nous autant de force et de sacrifices que nous vous en demandons. Avec une bonne conscience comme seule récompense, avec l'histoire pour juge ultime de nos actes, à nous de diriger ce pays que nous aimons, en demandant la bénédiction et l'aide de Dieu, tout en sachant qu'ici sur terre, son œuvre doit être la nôtre. »


(*) Original en anglais ici ; vidéo ici

_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Dernière édition par Guillaume le Lun 15 Déc - 19:00 (2014); édité 5 fois
Revenir en haut
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 08:22 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Galerie d'images :



La famille Kennedy reçue par le pasteur angélique (Pie XII) en avril 1939. John est au centre, derrière sa mère Rose.




Le mariage de John F. Kennedy et de Jacqueline Lee Bouvier en l'église catholique Sainte-Marie de Newport, diocèse de Providence, état du Rhode Island (12 septembre 1953).




Le couple Kennedy à la sortie de la messe.



John F. Kennedy et son épouse Jacqueline font baptiser leur fille Caroline par Mgr Cushing, archevêque de Boston, en la cathédrale Saint-Patrick de New-York (13 décembre 1957).




John F. Kennedy, président des Etats-Unis, est reçu en audience par le pape Paul VI quelques jours après le couronnement de ce dernier (2 juillet 1963).




Le jeune hispanique Juan Romero glisse un rosaire dans les mains du sénateur Robert F. Kennedy, frère cadet du président - lui aussi assassiné par balles (5 juin 1968).



Tombes de John F. Kennedy et de sa veuve Jacqueline Bouvier Kennedy Onassis au cimetière national d'Arlington.

_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Revenir en haut
Guillaume


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 120
Localisation: Saint-Cloud (Ile-de-France)

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 18:58 (2014)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique Répondre en citant

Discours du pape Jean-Paul 1er à un groupe d'évêques des Etats-Unis d'Amérique en visite ad limina apostolorum. 21 septembre 1978 a écrit:


(…)

Ne nous lassons jamais de proclamer la famille comme une communauté d'amour : l'amour conjugal unit les couples et il rend possible la procréation de vies nouvelles. Il reflète l'amour divin (…) il est participation de l'alliance d'amour qui unit le Christ et son Eglise.

(…)

Nous devons donc encourager les parents dans leur rôle d'éducateurs de leurs enfants — ils sont les premiers et meilleurs catéchistes.
Quelle chose étonnante, quand une famille se rend compte du pouvoir qu'elle a pour la sanctification du mari et de la femme et de la réciproque influence entre les parents et les enfants.

(…)

C'est à nous qu'il appartient de protéger vigoureusement cette réalisation en soutenant et en défendant la famille — chaque vraie famille. Notre propre ministère est tellement essentiel : prêcher la parole de Dieu et célébrer les Sacrements. C'est de lui que le peuple tire sa force et sa joie. Il est nôtre également le rôle d'encourager les familles à la fidélité à la loi de Dieu et de l'Eglise. Nous ne devons jamais avoir peur de proclamer toutes les exigences de la parole de Dieu, car le Christ est avec nous et il dit aujourd'hui comme jadis : "Qui vous écoute, m'écoute." (Lc 10, 16). L'indissolubilité du mariage chrétien est particulièrement importante. Bien que ce soit une partie difficile de notre message nous devons fidèlement le proclamer comme faisant partie de la parole de Dieu, comme une part du mystère de la foi. En même temps, nous devons rester proches de notre peuple, dans ses problèmes et dans ses difficultés. Il doit savoir toujours que nous l'aimons.

(…)

La sainteté de la famille chrétienne est donc un élément particulièrement capable de provoquer le serein renouvellement de l'Eglise que le Concile a si ardemment désiré. Par la prière familiale, l'ecclesia domestica devient une effective réalité et conduit à la transformation du monde. Et tous les efforts des parents pour imprégner leurs enfants de l'amour de Dieu et pour le soutenir par l'exemple de leur foi constitue un des apostolat les plus importants du XXème siècle.

Chers Frères, nous désirons que vous sachiez où se trouvent nos priorités. Faisons tout ce que nous pouvons pour la famille chrétienne, afin que notre peuple puisse réaliser sa grande vocation avec une joie chrétienne et prendre part intimement et effectivement à la mission de l'Eglise — la mission du Christ — celle du salut. Soyez assurés que vous avez vous-mêmes tout notre soutien dans l'amour du Christ Jésus, et nous vous donnons à chacun notre bénédiction apostolique.



Benoît XVI. Ground Zero, New York. 20 avril 2008 a écrit:

O Dieu d'amour, de compassion, et de guérison,
regarde vers nous, peuple aux différentes fois et traditions,
qui nous rassemblons aujourd'hui en ce lieu,
théâtre d'une violence et d'une douleur indicibles.

Nous te demandons, dans ta bonté,
d'accorder la lumière et la paix éternelles
à tous ceux qui sont morts ici
- les héroïques secours d'urgence:
nos pompiers, les agents de police,
les travailleurs du Samu, et le personnel de l'Autorité portuaire,
ainsi que les innocents, hommes et femmes,
qui ont été victimes de cette tragédie,
simplement parce que leur travail ou leur service
les a conduits ici le 11 septembre 2001.

Nous te demandons, dans ta miséricorde,
d'apporter la guérison à ceux qui,
à cause de leur présence ici ce jour-là,
souffrent de blessures et de maladies.
Guéris aussi la douleur des familles encore en deuil,
et tous ceux qui ont perdu des personnes chères dans cette tragédie.
Donne-leur la force de continuer à vivre avec courage et espérance.

Nous pensons aussi
à ceux qui sont morts, ont été blessés et ont perdu des proches,
le même jour au Pentagone
et à Shanksville, en Pennsylvanie. Nos coeurs sont unis aux leurs,
tandis que nos prières
embrassent leur douleur et leur souffrance.

Dieu de paix, apporte ta paix
à notre monde violent:
paix dans le coeur de tous les hommes et de toutes les femmes,
et paix aux Nations de la terre.
Conduis à tes voies d'amour
ceux dont le coeur et l'esprit
sont consumés par la haine.

Dieu de compréhension,
submergés par l'ampleur de cette tragédie,
nous cherchons ta lumière et tes conseils
alors que nous sommes face à ces événements terribles.
Accorde à ceux dont la vie a été épargnée
de vivre en sorte que les vies perdues
n'aient pas été perdues en vain.
Réconforte-nous, console-nous,
fortifie-nous dans l'espérance,
et donne-nous la sagesse et le courage
de travailler inlassablement pour un monde
où règnent la paix et l'amour véritables,
dans les Nations et dans le coeur de chacun.




Le pape Jean-Paul I et Mgr Eugene John Gerber, évêque de Dodge City (état du Kansas).




Une veillée de prière pour honorer les victimes des attaques terroristes du 11 septembre 2001.

_________________
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:13 (2017)    Sujet du message: L'Immaculée-Conception, patronne des États-Unis d'Amérique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Qui Legit Intellegat (Mt 24,15) Index du Forum -> Section Générale -> Discussion Générale Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com